Pour le président de RTE, il faut « faire des énergies renouvelables le plus vite possible »

Par Gaëlle Coudert , le 28 août 2023 — transition écologique - 3 minutes de lecture
Xavier Piechaczyk, président de RTE

Xavier Piechaczyk, président de RTE, Credit : Romuald Meigneux/SIPA

Le président de RTE, Xavier Piechaczyk, interviewé par France Inter le 26 août 2023, a rappelé l’importance de développer les énergies renouvelables aux côtés du nucléaire.

Pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, « le nucléaire seul ne suffira pas », a partagé le patron de RTE, Xavier Piechaczyk, au micro de France Inter, samedi 26 août 2023. « Nos prédécesseurs ont construit le parc nucléaire, profitons-en. Mais ce n’est pas parce qu’il est décarboné que c’est l’unique réponse à la sortie des fossiles », a déclaré Monsieur Piechaczyk, appelant à « faire des renouvelables le plus vite possible ».« Nous avons démontré qu’il fallait de toutes façons faire des énergies renouvelables (…), car le seul nucléaire ne suffira pas », a-t-il ajouté.

Atteindre la neutralité carbone

RTE avait produit en 2021 un rapport sur les futurs énergétiques de la France s’articulant autour de six scénarios de mix de production permettant d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, où il invitait à miser à la fois sur le nucléaire et les énergies renouvelables. « La France est frappée d’une pathologie, qui est de passer son temps à polémiquer entre le nucléaire versus renouvelables : ce n’est pas la première question à se poser », a estimé le président du gestionnaire du réseau électrique français.

Sortir des énergies fossiles

« La France consomme 63 % d’énergies fossiles, il faut se demander comment on arrête ces 63 % de fossiles qui sont toutes importées, qui sont produites dans des pays qui ne sont pas nos alliés et qui coûtent à la France tous les ans entre 50 et 100 milliards d’euros », a martelé Monsieur Piechaczyk. « C’est ça le premier sujet. Et ça c’est bon pour le climat, pour la balance commerciale, c’est bon pour notre souveraineté, c’est bon pour tout le monde », a-t-il ajouté. 

« Pour ça il faut électrifier progressivement, et il y a des chemins et des échéances. D’ici 2035, il n’y a pas d’autres solutions que de faire des énergies renouvelables le plus vite possible car d’ici là il n’y aura pas de nouveaux réacteurs », a rappelé le président de RTE. Le gouvernement français a pour projet de construire six nouveaux EPR en France, mais leur mise en service ne pourra pas intervenir avant au mieux 2035. « D’ici là, il faut maintenir le parc nucléaire existant et faire en sorte qu’il produise le plus possible et faire des renouvelables le plus vite possible (…) Après ce sera une autre histoire », a conclu Monsieur Piechaczyk. Pour rappel, au mois de janvier, le Sénat a voté la suppression du plafond limitant à 50 % la part du nucléaire dans la production électrique en 2035, une décision qui a déçu les opposants au nucléaire.

(Avec AFP)

À lire aussi :

Comprendre : les énergies fossiles, c’est quoi ?

Comprendre : c’est quoi une énergie renouvelable ?

Gaëlle Coudert

Ancienne avocate parisienne reconvertie en journaliste basée dans les Pyrénées-Atlantiques, Gaëlle s’est spécialisée sur les sujets liés à l'écologie. Elle a cofondé le magazine basque Horizon(s), a été rédactrice en chef d'ID, l’Info Durable et rédige aujourd’hui des articles pour divers médias engagés dont Deklic. Ses passions : le sport (surf, yoga, randonnée) et la musique (guitariste et chanteuse du groupe Txango)

Voir les publications de l'auteur