Saint-Valentin : haro sur les roses, pensez aux fleurs de saison !

Par Gaëlle Coudert , le 13 février 2024 — transition écologique - 3 minutes de lecture
Fleurs de saison

Renoncule des fleuristes, Crédit photo : DESCAMPS K./HorizonFeatures/Leemage via AFP

Le point sur l’impact écologique de la Saint-Valentin et les solutions alternatives pour célébrer cette journée dédiée aux amoureux !

C’est la Saint-Valentin ! L’occasion pour les amoureuses et amoureux de se prouver qu’ils tiennent l’un à l’autre. Tradition oblige, un énorme bouquet de roses pourrait trôner dans votre entrée, offert par votre Valentin ou Valentine. Pourtant, ce cadeau n’est pas sans impact sur l’environnement, en particulier parce que ce n’est pas la saison des roses.

Saint-Valentin : quel impact ?

Saviez-vous que la plupart des fleurs que l’on achète en France ont été cultivées ailleurs ? Il s’agit même de la grande majorité d’entre elles. Près de 85 % provenaient ainsi en 2019 d’autres pays du monde. Les roses n’échappent pas à la règle. Elles proviennent notamment des Pays Bas, du Kenya ou même d’Équateur. Un voyage jusqu’aux étals des fleuristes non sans conséquences sur leur impact carbone ! Selon une étude américaine sur l’impact environnemental des fleurs de la Saint-Valentin, la moyenne de 100 millions de roses offertes aux États-Unis le 14 février produirait environ 9000 tonnes métriques de CO2. Cela comprend le coût carbone du transport (par avion ou par camion notamment) mais aussi de la production des fleurs, souvent cultivées sous serre et avec l’utilisation de lumière artificielle.

De plus, certaines fleurs contiennent des résidus de pesticides. Dans des analyses faites par 60 millions de consommateurs en 2017 sur les roses vendues dans 10 grandes enseignes, 37 molécules différentes ont été trouvées.

Fêter la Saint-Valentin autrement

Offrir des roses, c’est ok, mais plutôt entre mai et septembre. Un peu comme les tomates, les roses ont besoin de soleil pour rougir ! Février, ce n’est donc pas la bonne saison pour en faire des bouquets. Et si cette année, vous choisissiez plutôt d’offrir ou de vous faire offrir des fleurs de saison ? Stop aux fleurs provenant de l’autre côté de la planète donc pour choisir celles cultivées tout près de chez vous, dans des conditions respectueuses de l’environnement. La fleur star de l’hiver est la renoncule. Ses pétales colorés n’ont rien à envier à celles de la fleur star de la Saint Valentin. 

Sur son site internet, le collectif de la fleur française répertorie les différentes fleurs de saison. On y découvre aussi que l’anémone ou le perce-neige sont aussi de belles fleurs d’hiver à offrir au mois de février ! De nombreuses enseignes qui privilégient la vente de fleurs locales et de saison existent partout dans l’Hexagone. On peut en trouver une liste très complète sur le site du collectif de la fleur française également. Le label Fleurs de France est aussi une garantie que votre bouquet a été cueilli dans l’Hexagone. À vous de jouer pour surprendre votre partenaire à moindre impact pour la planète !

À lire aussi :

Pourquoi avoir des plantations chez soi ?

Réchauffement climatique : est-ce la fin des quatre saisons ?

Gaëlle Coudert

Ancienne avocate parisienne reconvertie en journaliste basée dans les Pyrénées-Atlantiques, Gaëlle s’est spécialisée sur les sujets liés à l'écologie. Elle a cofondé le magazine basque Horizon(s), a été rédactrice en chef d'ID, l’Info Durable et rédige aujourd’hui des articles pour divers médias engagés dont Deklic. Ses passions : le sport (surf, yoga, randonnée) et la musique (guitariste et chanteuse du groupe Txango)

Voir les publications de l'auteur